ConsultationsHospitalisationHémodialyse chroniqueAccès vasculaires (hémodialyse)AutodialyseHémodialyse à domicileDialyse aigueDialyse peritonéaleAphérèseBiopsie rénale

Hémodialyse à domicile

L'hémodialyse chronique à domicile est la forme la plus autonome des procédures d'hémodialyse pour les patients insuffisants rénaux chroniques. En effet, comme son nom l'indique, elle se pratique au domicile même du malade, aux heures qui lui conviennent le mieux, habituellement en soirée. Cette liberté thérapeutique permet  de moduler la fréquence et la durée des séances, en respectant un minimum de 12H/semaine, réparties de manière homogène. Cette flexibilité conduit à une meilleure intégration de la dialyse à la vie de tous les jours, avec possibilité  d'améliorer la performance globale et la tolérance des séances. La réalisation des séances en soirée réduit l'impact de la fatigue qui se prolonge inévitablement dans les heures qui suivent une séance, cette phase de rééquilibration de l'organisme s'opérant durant le sommeil de nuit. Enfin, le traitement au domicile réduit l'impression d'être malade et permet un gain de temps considérable en transport.

Toutes ces particularités conduisent à une amélioration globale du bien-être et offre au patient la possibilité d'une activité professionnelle ou scolaire à plein temps.

Dans son mode original, la technique utilisée est similaire à la procédure d'hémodialyse en centre (3 séances de 4 heures par semaine). Seuls les moniteurs diffèrent quelques peu, la machine étant  plus simple à manipuler, avec des sécurités supplémentaires pour limiter un maximum l’impact des erreurs de manipulations. En effet, cette procédure fait abstraction complète de tout professionnel de la santé, la séance étant entièrement gérée par le patient lui-même, ou par un membre de son entourage proche.

Habituellement, le branchement se fait par biponction de fistule artério-veineuse en mode « button hole » que le patient doit apprendre à réaliser lui-même, ou à faire réaliser par un membre de son entourage. Lors d'un accident de ponction la dialyse peut aussi s'effectuer en uniponction, grâce à un kit de secours en "Clic-Clac". Plus rarement, l'abord vasculaire se fait sur un cathéter central tunnelisé à double lumière, avec alors un respect strict de toutes les règles d'hygiènes et de stérilité.

La mise en place d'une hémodialyse à domicile nécessite  un apprentissage rigoureux. Le patient doit-être valide, demandeur et pleinement conscient des contraintes et des risques que la procédure implique. L'écolage prend habituellement deux mois. Il est recommandé, mais non obligatoire en Belgique, qu’un accompagnant  formé à la technique soit présent au moment de la réalisation des séances afin de pallier à tout accident éventuel, même si toutes les mesures sont prises pour limiter ce risque.

Pour permettre l’hémodialyse à domicile dans son mode classique, le domicile doit-être adapté ou adaptable. Toutes les adaptations techniques sont réalisées durant la formation (choix d'un local avec arrivée et évacuation d'eau, électricité, installation du matériel), et le médecin traitant est consulté et informé. L’installation est fixe et non transportable en dehors du domicile. Tout le matériel médical disposable nécessaire est livré à la maison, directement par la firme de dialyse (Sociétés Gambro ou Frésénius). Une procédure de stérilisation spécifique du moniteur de dialyse est nécessaire après chaque utilisation.

Une nouvelle technique d’hémodialyses courtes (2-3 heures) et quotidiennes (6 séances par semaine), encore plus simple de manipulation et surtout plus mobile,  a vu le jour depuis quelques années. Aucun aménagement particulier du domicile n’est nécessaire. Seul un espace de rangement suffisamment spacieux est requis pour stocker le matériel d’un mois de traitement.  L’appareillage (NxStage) est facilement transportable et permet donc de voyager aisément. Enfin, aucune procédure spécifique de stérilisation n’est requise, hormis les mesures standards d’hygiène.
Hormis les facilités techniques, l’attrait principale de cette méthode revient au caractère court mais fréquent des séances de dialyse ce qui en améliore la tolérance et la performance, les 2 dernières heures d’une séance classique de 4 heures  étant les moins bien tolérées et les moins efficaces. Depuis janvier 2017, le service de néphrologie du CHR de Liège s’investit dans cette technique et  forme les patients désireux d’en bénéficier.

Une équipe de 2 infirmiers attachés au service de néphrologie du CHR et spécialement formée à toutes les procédures, est contactable 24h/24, 7 jours/7. Pour les problèmes techniques ou d'approvisionnement, c'est la firme de dialyse qui répond directement aux appels.

Un contrôle médical est réalisé une fois par mois, quelques jours après réalisation d'un bilan sanguin complet et d'éventuels examens en imagerie médicale, à l'occasion d'une consultation spécifique dans le service de néphrologie.

Created by M-Y